Ma Photo

« L’été sera show | Accueil | L'assassinat de Larbi Ben M’hidi »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bachir

UN PATIENT FRANÇAIS DE L’HÔPITAL ISLAMIQUE A CORDOUE RACONTE
message rédigé il y a dix siècles

Ce message écrit par un patient français, fut trouvé par l’un des chercheurs et chroniqueurs français. Ce message rédigé il y a dix siècles, fut envoyé par l’un des patients français de l’hôpital islamique où il se faisait soigné à Cordoue, à son père qui se trouvait à Paris, pour lui décrire son état sanitaire ainsi que l’état de l’hôpital islamique.

Voici la teneur de ce message traduit d’après son texte original :
« Mon cher père :
Vous avez mentionné dans votre message que vous m’enverriez de l’argent pour mon traitement, je vous dis que je n’ai nullement besoin d’argent, car le traitement dans cet hôpital islamique se fait gratuitement.
De plus, l’administration de l’hôpital verse à chaque malade qui a repris ses forces, une somme de cinq dinars et lui offre un nouveau costume avant de quitter l’hôpital pour ne pas être forcé à travailler durant la période de convalescence.

Mon cher père,
Si vous venez me visiter, vous me trouverez dans le département de la chirurgie et du traitement des articulations. A votre rentrée par la porte principale, dirigez-vous vers le salon du sud, là vous trouverez d’abord le département des premiers secours et le centre du diagnostic des maladies, puis celui des articulations. Vous verrez près de ma chambre, une bibliothèque et un salon pour la lecture et les séminaires, où les médecins se rencontrent quotidiennement pour assister aux séminaires donnés par les professeurs.
Quant au département des maladies des femmes, il se trouve de l’autre côté de la cour de l’hôpital. Il est interdit aux hommes d’y pénétrer. Du côté droit de la cour, vous trouverez un grand salon consacré aux malades qui se sont améliorés pour y passer leur convalescence de quelques jours. Ce salon comprend une bibliothèque ainsi que certains instruments musicaux.

Mon cher père,
Tout point et tout lieu dans cet hôpital, est très propre : le lit et le coussin sur lesquels on dort, sont couverts d’un tissu damassé blanc. Quant aux couvertures, elles sont fabriquées de soie douce et lisse. Toutes les chambres de l’hôpital sont munies d’eau pure qui est pompée à travers des tubes spéciaux liés à une grande source d’eau. Dans chaque chambre, se trouve une cheminée pour les jours d’hiver. Quant à la nourriture, c’est du poulet et des crudités, au point que certains malades ne veulent pas quitter l’hôpital sous l’attrait du repas délicieux. ».

Voici maintenant une image réelle de l’état sanitaire en France juste avant 250 ans seulement :Docteur « Max Thrad » qui était médecin à l’un des hôpitaux français de Paris en 1730, a décrit l’état de l’hôpital français où il travaillait, en disant :
« Son dallage était fait avec du parterre et était couvert d’herbes sèches, où les malades s’allaitaient l’un à côté de l’autre en sens contraire, et il n’y avait ni ordre ni bienséances.
Les enfants dormaient avec les vieillards et les femmes à côté des hommes. Ils étaient coulés les uns aux autres à cause du grand nombre des malades et de l’étroitesse des chambres. Le son de leurs cris de douleur retentissait, ils souffraient de la faim, puisqu’il n’y avait pas dans cet hôpital (français) de la nourriture pour leur suffire. Certains gens charitables faisaient don de nourrir les malades pour la satisfaction de Dieu.
Cet hôpital (français) était impropre et plein de mouches et d’insectes. Ses chambres puaient au point que le médecin de l’hôpital trouvait difficile de pénétrer dans la salle des malades, sous l’effet des odeurs fétides. C’est pourquoi il portait une éponge imbibée du vinaigre qu’il mettait sur son nez de temps en temps. Les cadavres des morts restaient sur place près de 24 heures jusqu’à leur décomposition à côté des autres malades encore en vie ».
Tel était l’état de leurs hôpitaux depuis 300 ans et celui des hôpitaux des musulmans depuis 1000 ans. L’hôpital islamique rivalisait avec un hôpital international luxueux de nos jours, tandis que l’hôpital français n’était qu’une tombe temporaire.

J’étais forcé de raconter cette histoire dans une réunion tenue à Bahreïn quand certains répétaient que l’Histoire islamique n’était composée que du retard, du meurtre, de barbarie et d’injustice. Alors j’ai dit où sont les hôpitaux, les écoles et les waqfs islamiques ?
Il y avait un waqf du sucre pour le distribuer aux orphelins lors des fêtes.
Il y avait un waqf pour ceux qui distraient les malades. Le docteur Ahmed Eissa Bek a écrit (qu’Allah lui accorde Sa miséricorde) un excellent ouvrage sur l’Histoire des « Bimâristânât » en Islam, où il a montré la grandeur des hôpitaux islamiques qui étaient parrainés par les gouverneurs et les gouvernés.
Pourquoi voyons-nous maintenant cette régression scientifique et la négligence partout. Si seulement nous mettons ce message en face de nous et le publions partout, pour dire voici comment nous étions et comment ils étaient et comment nous sommes devenus et eux sont devenus.
L’affaire est importante et sérieuse !

Par Dr Nazmi Khalil Abou Al-Atta Musa

Charlesmartel

Mare nostrum...Malheureusement, c'est toujours par le fer et le sang que ce font les brassages des peuples. Les religions ont une lourde responsabilité dans les conflits du monde, hier comme aujourd'hui. Oui, la méditerranée devrait être un hâvre de paix mais deux cultures opposées s'y affrontent alors que par certains côté, elles se ressemblent. Les invasions n'ont pas toutes le même visage mais elles ont toutes le même but...

ben

Merci isacol,

...pour votre intervention.

Pourtant on pourrait faire de notre Méditerranée un havre de pais.

Amitié,

ben

isacol sextapoèmes

En tant qu'andalouse par mon père, je me sens concernée par votre description de la "Reconquista" qui prit huit siècles aux rois chrétiens pour chasser de leur territoire les "envahisseurs" musulmans . L'histoire est cruelle pour les vaincus en l'occurrence les populations arabo andalouses qui avaient prospéré dans cette région bénie des dieux. les luttes pour l'indépendance des peuples qui s'estiment opprimés reste légitime et en ce sens je partage le ressentiment des palestiniens expulsés de leurs terres par l'envahisseur israelien et souhaite qu'enfin il leur soit rendu justice.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)