Ce lundi 20 septembre, le président de la République française rendra hommage aux harkis. Emmanuel Macron recevra, à 10 heures à l’Elysée, les porteurs de cette mémoire et leurs ayants droit 5 jours avant la journée nationale des harkis et des supplétifs qui ont combattu aux côtés de l’Armée française durant la Guerre d’Algérie, de 1954 à 1962.

À quelques jours du 25 septembre, journée d’hommage national aux Harkis, le président Emmanuel Macron organisera une cérémonie à l’Élysée. Quelque 300 personnes, issues notamment d’associations de Harkis, de la « mémoire », « d’anciens combattants », ont été conviées, selon une dépêche de l’AFP publiée 17 septembre.

Le président français Emmanuel Macron souhaite, lundi 20 septembre « franchir un nouveau pas » dans la « reconnaissance du manquement qui a été fait aux Harkis » par l’État français et ouvrir le « chantier de la réparation », a appris en effet l’AFP auprès de la présidence française.

Emmanuel Macron doit à cette occasion prononcer un discours et décorer un représentant harki blessé au combat, un officier français qui a organisé le rapatriement « de plusieurs centaines de Harkis en désobéissant aux ordres » et une fille de Harki « militante de l’égalité des chances et de la diversité ».

« Le président considère que le travail accompli depuis 60 ans est important, mais qu’il faut franchir un nouveau pas dans la reconnaissance au manquement qui a été fait aux Harkis mais aussi au manquement de la République française à ses propres valeurs », a précisé cette source.

« L’histoire des Harkis, c’est une histoire de Français et c’est l’histoire des Français; c’est dans cet état d’esprit qu’il faut aborder ce nouveau chapitre », a martelé cette source à l’agence officielle française, l’AFP.

 

200’000 harkis ont été recrutés par la France durant la guerre d’Algérie

 

Les Harkis sont ces anciens combattants – jusqu’à 200’000 hommes – recrutés comme auxiliaires de l’armée française pendant la Guerre d’Algérie (1954-1962). À l’issue de cette guerre, les Harkis sont abandonnés par la France et nombre d’entre eux sont victimes de massacres et de représailles en Algérie. Plusieurs dizaines de milliers d’entre eux, accompagnés parfois de femmes et d’enfants, sont transférés en France par l’armée et transiteront entre 1962 et 1965 pour la majorité dans des « camps de transit et de reclassement », aux conditions de vie indignes et durablement traumatisantes.

 

 

 

 Ali Aomar

18 Septembre 2021

https://observalgerie.com/2021/09/18/societe/macron-grande-reconnaissance-harkis/

 

.