Ma Photo

« L’Islam : une science, une religion | Accueil | Fouka et sa croissance »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

KAMEL SAHRAOUI

Le 15 mars 1962 tombaient sous les balles assassines de l’OAS l’écrivain Mouloud Feraoun et cinq de ses compagnons, la commémoration de notre valeureux homme de culture et glorieux chahid, me fait rappeler les assassinats à ALGER de ALI LARBES lâchement tué par l'O.A.S de BRAKNI HAMID lâchement asszaniné par l'O.A.S entre ATTATBA et MARENGO, DJEDAÏMI KHALED lâchement assassiné par l'O.A.S à l'angle de la rue Bâa Abdelkader et rue Akrour hauteur de la moquée Elhouda
ALLAH YARHAM CHOUHADA VIVE L'ALGERIE

Halim

Et dire que nous aurions pris le bon départ ,si toutes ces lumiéres avaient été épargnées.
Alah Yarham Djamîi Echouhada

Tahya Eldjazaïr

ben

Saha KHALED Khalidou,

Malheureusement la France a encore beaucoup de chemin à faire pour régler et solder son passé colonial. Elle glorifier encore les nostalgiques de l’OAS.

En effet après les sectes, les criminels de l'OAS en bonne place.


Gabriel Anglade, classé par les historiens comme faisant partie du commando OAS "Delta" qui a assassiné, le 15 mars 1962, l'écrivain Mouloud Feraoun et ses amis Max Marchand, Marcel Basset, Salah Henri Ould-Aoudia, Ali Hammoutène, Robert Eymard, est sur une liste UMP pour les élections municipales de Cagnes-sur-Mer.

C'est de la provocation !

Tahyia El-Djazaïr !

.

KHALED Khalidou

Je m'incline devant la mémoire du chahid Mouloud Ferraoun ainsi que tous les chouhadas morts pour que nous puissions vivre libres.

Notre professeur de sport Saïdi a été également assassiné ainsi que d'autres enseignants et intellectuels français par l'OAS.

Je me souviens du jour de leur assassinat, un malheur a frappé tous les jeunes lycéens musulmans de Ben Aknoun (Amara Rachid et Mokrani).

Manifestations, grèves des cours et de la faim observées par les lycéens musulmans entraînant la fermeture définitive des établissements jusqu’à l’indépendance de notre pays.

Quelques jours avant l'assassinat du "fils du pauvre" avec mon camarade de lycée Mansouri Mahfoud, actuellement enseignant en retraite à Hadjout, nous avons par miracle échappé à un attentat de l'OAS près de la placette de l'actuel Ministère de la justice (El Biar).

Comme un malheur n'arrive pas seul, mon père a été grièvement blessé par l'OAS à la rue Dumondurville (Ali Boumendjel) le matin en se rendant au travail.

Un récit plus détaillé sera consacré à ces deux derniers évènements.

Allah Yerham Echouhada.
Tahya El Djazaïr.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)