Ma Photo

« 19 mars 1962, une date pour la mémoire | Accueil | Accords d'Evian »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

B en

Nous étions l'avenir. Regard sur l'Algérie de nos vingt ans. Récit de Belkacem Achite. Casbah Editions, Alger 2022, 366 pages, 1000 dinars

Il avait déjà publié un ouvrage qui racontait l'histoire, la sociologie et la culture d'un groupe de (sept) villages, celui des At Yenni, dont Taourirt Mimoun (lieu de naissance de Mouloud Mammeri et de Mohammed Arkoun)... sorte de monographie (une saga !) qui a permis, entre autres, « de sauver de l'érosion un ensemble des évènements... » (Youcef Necib, préface). Un travail que l'on verrait avec plaisir renouvelé pour d'autres régions et d'autres auteurs, afin de (re-) construire les mémoires perdues ou oubliées ou gaspillées ou ignorées (pour ne pas dire méprisées).

L'ouvrage actuel prolonge et complète (en est-on sûr ? car on espère une suite) l'œuvre entreprise.

Ce sont donc les deux premières décennies de l'Algérie indépendante qui sont décrites s'articulant autour de trois parties. D'abord le cadre des villages-symboles du Djurdjura vivant l'annonce du cessez-le-feu, puis les scènes de liesse et d'allégresse générale... sans oublier le terrorisme que l'Oas continuait ailleurs ainsi que « l'été de la discorde ».Vus par un encore adolescent, les opinions et les émotions recueillies, entendues, vues et aujourd'hui décrites décrivent avec vérité la renaissance difficile mais fantastique de la Nation. Heureusement, même pour les familles de tous les coins reculés de la montagne kabyle, il y eut le « miracle scolaire ». Il y eut la vie de scout qui, nouvelle, offrait aux jeunes de Taourirt le plaisir de naître pleinement à la vie, avec un essentiel qui unissait. Hélas, la vie au grand air, les chants, le rire et l'émotion ne durèrent, pour beaucoup, que le temps du premier printemps de l'indépendance et de l'été qui suivit... les chefs s'en allant ailleurs quêter leur avenir.

Ensuite, les péripéties de l'histoire nationale s'accélèrent. On se retrouve à Tizi Ouzou, la « ville-métropole » du Djurdjura, puis à la fin de l'été 1966, à l'Université d'Alger, la capitale du pays libéré, villes toutes deux, avec leurs errements et tourments politiques surgissant, vont s'imposer durablement comme des déterminismes handicapants. Précisions : 1/ Un beau titre (chargé de regret ?) rappelant celui d'un graffiti de 62, « Nous sommes l'avenir ». 2/ On y apprend que Mohamed Arkoun, même en tant qu'étudiant à Alger avait écrit de remarquables études dans la revue de son école d'Ait Larba... De même que Smail Mahroug, un autre enfant du pays. On y apprend aussi qu'un futur pape, le Nonce de Paris, Angelo Giuseppe Roncalli, Jean XXII, avait visité la région en mars 1950... 3/ Et, j'ai énormément apprécié l'évocation (p 231) d'une personnalité culturelle remarquable et homme d'une extraordinaire humanité que j'ai longtemps côtoyé au ministère de l'Information et de la Culture, durant les années 70, ‘Ammi Tahar Oussedik.

L'Auteur : Né e n juin 1956 aux At Yenni (Tizi-Ouzou). Diplômé en sciences politiques et économiques (Université d'Alger), il a occupé plusieurs fonctions supérieures au ministère du Travail et de la Formation professionnelle... puis cadre auprès de la Cour des comptes. Retraite en 2009. Déjà auteur d'un premier livre, « Le mont des orfèvres » (Casbah Editions, 2017, déjà présenté in Médiatic).

Table des matières : Préface de Youcef Necib/ Première partie : l'image d'après/ Deuxième partie : L'aube embrumée/ Troisième partie : Le miroir aux alouettes.

Extraits : « L'aventure suicidaire de l'Oas n'avait pas de limite. L'organisation ne se vengeait pas. Elle assouvissait tout simplement, par instinct naturel, sa haine du bicot, du musulman, de l'indigène évolué comme de celui qui, depuis l'éternité coloniale, croupissait dans la fange » (p52), « Vingt ans après la fin de la guerre, la société villageoise n'avait pas fondamentalement changé dans ce qui fait son identité traditionnelle » (107), « La question berbère fit brutalement irruption dans le débat citoyen (note : sur la Charte nationale) alors que Boumediene était au zénith de sa puissance ! » (p337)

Avis : Un récit de « vies » dans un pays en (re-)construction. Des péripéties de vies (à travers le regard d'un homme) façonnant une nation. Saisissant pour les jeunes lecteurs. Emouvant pour les plus âgés. Peut-être un peu trop de commentaires et de (trop !) belle écriture, celle de la bonne « vieille école »... nécessaires pour expliquer les contextes et les atmosphères? Souvenirs, souvenirs ! Achite, le yennaoui, un anthropologue du « terrain » ?

Citations : «L'éducation que dispense l'école se fonde uniquement sur la leçon du maître tandis que celle induite par la vie scoute trouve sa force dans la vertu de l'exemple» (p65), «C'est souvent ainsi pour les gens de Kabylie : on y naît et on finit à peine d'y grandir qu'il faut en décamper avant d'y revenir pour s'arroger, sur son sol étriqué, un infime bout d'éternité» (p93), «Les beautés les plus authentiques se font toujours la grâce de se laisser dénicher là où elles se terrent «p248), «Les Algériens (...) ont trop subi la «hagra» -le mépris, sentiment d'impuissance- pour ne pas se sentir solidaires avec quiconque en est victime ; fut-ce même leur adversaire ou ennemi» (p265), «Partout et de tout temps, on peut reporter la révolte des ventres creux mais on ne peut longtemps ignorer le sursaut de dignité d'un peuple !» (p339)

parr Belkacem Ahcene-Djaballah

Jeudi 17 mars 2022
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5310793

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)