La folie de Danielle a surgi soudain. Une mélancolie profonde qui s’est emparée de cette femme, silencieuse, enfermée dans sa chambre, ou prostrée dans le noir. Nul n’a compris ce qui l’a atteint : ni son mari, ni son fils, Jean-Baptiste Naudet, l’auteur de ce livre. Il lui a fallu remonter dans la mémoire familiale pour tisser un lien avec un drame survenu autrefois : la mort du sergent Robert Sipière en Algérie.

 

Fiancé à Danielle, qui a finalement épousé un ami du jeune homme, Robert devait encore rester quelques semaines en Kabylie, avant de rejoindre son aimée et de l’épouser. Le jeune homme a disparu, mais pas ses lettres, nombreuses, restées ancrées dans l’âme de la jeune femme. Une correspondance amoureuse que Jean-Baptiste Naudet a retrouvée.

L’inéluctabilité de la guerre et de la violence

Il y a des secrets, des failles qui sont constitutifs de ce que nous sommes. Des histoires aussi profondément ancrées qu’inextinguibles. C’est l’une d’entre elles qu’exhume l’auteur, grand reporter à L’Obs, dans ce premier récit littéraire sous sa plume. La Blessure est la chronique de cet amour entretenu à distance, et de ses répercussions dans le temps et dans la vie des autres. C’est le récit de cet écart qui grandit peu à peu entre les « événements » d’Algérie vécus par Robert et la normalité des études de pharmacie menées par Danielle, restée à Paris.

À travers la correspondance du sergent Robert Sipière, faite d’autant de mots que de silences, on sent l’absurdité d’un conflit qui s’enlise, la folie de la torture dans laquelle la France s’enferre alors. Les lettres venues de la guerre percutent de plein fouet les mots d’amour, autant que la folie qui vient s’insinuer dans l’esprit de Danielle, l’ex-fiancée meurtrie à jamais. Il y a là l’inéluctabilité de la guerre et de la violence, et de la vengeance qu’elles engendrent. La violence enfouie finit toujours par exploser, telle une grenade, à l’image de celle que portait préventivement Robert à la ceinture pour échapper aux tortures s’il était pris par les fellagas.

La folie des hommes

En levant le voile sur ce douloureux épisode familial, Jean-Baptiste Naudet part à la recherche de lui-même. C’est dans ce secret et cette dépression maternelle qu’à l’époque le jeune homme s’est identifié, sans vraiment en prendre conscience, au fiancé disparu, prenant le « goût » de la guerre. L’expression peut paraître obscène, mais c’est bien de cela qu’il s’agit, suggère-t-il, lorsque le jeune homme part, comme journaliste, couvrir les conflits à l’autre bout du monde.

Dans son récit dont le recul littéraire donne leur perspective aux souvenirs de différentes époques (les siens, ceux de sa mère), les mémoires d’Algérie de Robert et Danielle se mêlent à l’expérience de la guerre de l’auteur ces vingt dernières années : Bosnie, Rwanda, Afghanistan… Une évidence : ici et là-bas, avant et aujourd’hui, c’est la même folie qui s’est emparée des hommes.

 

 

 

https://www.la-croix.com/Culture/Livres-et-idees/Blessure-Jean-Baptiste-Naudet-2018-12-20-1200990790