« Le 17 juin 1962, la vraie fin de la guerre d'Algérie | Accueil | Le soleil noir de Camus et Muñoz »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Samirou

Malgré tout nebghik ya Bladi
L'Algérie sakna fi qalbi
L'Algérie mon Amour
L'Algérie pour toujours

Allah yerhame Ecchouhada
Tahya el Djazair


http://www.youtube.com/watch?v=c5FsOBAAHyk


bekkat kamel

Voici quelques extraits de l'exposé de l'historien algérien lors la conférence organisée, hier à Alger, par l’Etablissement arts et culture:

"Malheureusement, nous n’avons pas su exploiter notre histoire nationale et la promouvoir pour arracher à la France ce qu’on peut sur le plan politique et économique ... de l’autre côté de la Méditerranée, la guerre d’Algérie est au centre de tous les enjeux politico-économiques... L’ex-puissance coloniale n’a pas lésiné sur les moyens pour confisquer...L’histoire de l’Algérie et l’exploiter à son profit".

"Le transfert en France de toutes les archives de l’Algérie colonisée est un des moyens les plus efficaces utilisé pour prendre en otage l’histoire, qui est devenue l’apanage des plumes françaises et une carte électorale à jouer à chaque élection dans l’Hexagone. La guerre d’Algérie est devenue une affaire franco-française..."

"Contrairement à l’Algérie, la France préparait le cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie depuis deux ans. La machine est mise en branle à travers la diffusion des films et documentaires sur les chaînes françaises. Il y a une sérieuse tentative de priver les Algériens de leur histoire"

"La préparation de la loi glorifiant le colonialisme (2005) ne date pas de 2005. Les officiers français et certains chercheurs ont entamé ce travail depuis le XIXe et début du XXe siècles. Ce travail consiste à blanchir l’armée coloniale et l’organisation terroriste OAS". En Algérie, la loi criminalisant le colonialisme, bloquée par le gouvernement, est venue «très en retard».
BEKKAT KAMEL

Khaled B

Je vous invite à lire l'article paru sur le quotidien algérien L'Expression de ce jour écrit par le Professeur Chems Eddine Chitour

"Cinquante ans d'indépendance: La nécessité d'un devoir d'inventaire"

Article intéressant qui retrace un regard rétrospectif très critique et objectif sur la situation passée de notre pays après l'indépendance ainsi que quelques points de vue prospectifs pas toujours réconfortants.

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/156375-la-necessite-d-un-devoir-d-inventaire.html

Lecteur

Après 50 ans de l'année zéro, la France tue encore en Algérie.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/07/02/en-algerie-des-mines-francaises-explosent-encore/

Bachir

Un autre article qui va dans le même sens que celui de Kamal Daoud du Quotidien d'Oran posté en ligne:

http://www.liberte-algerie.com/actualite/50-ans-c-est-une-goutte-d-eau-dans-un-ocean-mohamed-el-korso-a-liberte-181144

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.