Ma Photo

« Tipasa, capitale du tourisme algérien | Accueil | Aussaresses au Bresil, Chili... »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

chenoui

la responsabilité de l'etat en question,

concernant les attentats et les tueries,une amie française qui ne connait pas grand chose et il faut le reconnaitre dans ce monde fou qu'est l'islam,m'a repeté en ces termes.

Comment est-ce possible qu'un état puisse en arriver à une telle complicité irresponsable ?je ne comprendrais jamais ce pays qu'est l'algerie.
En tout cas,je ne vois pas en quoi a servi cette fameuse concorde civile,aujourd'hui tous les responsables des massacres et viols vivent comme des vedettes de cinema.
Se permettent de donner des conferences de presse,ce pays doit rendre les gens completement fous avec une telle gouvernance,qui n'a pas une once de logique,et une telle mentalité qui a perdu tout sens commun.

C'est terrifiant:

riadh

Où est l’Etat ?

Les terroristes se sont manifestés avec force ces derniers jours en perpétrant des attentats dans l’Algérois en particulier. Une démonstration de force qui ne manque pas d’inquiéter. Manifestement, les criminels du GSPC cherchent à provoquer une grande déstabilisation du pays et, partant, son isolement sur la scène internationale. Pour preuve ? Après la mort d’un ingénieur français dimanche dans un attentat à Boumerdès, Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, a sauté sur l’occasion pour dire que la destination Algérie est « très dangereuse ». Un appel au boycott qui ne dit pas son nom et prononcé de façon très vicieuse. La recrudescence des actes terroristes est là pour prouver que l’islamisme n’est pas près de lâcher la proie Algérie qui est toujours considérée par la mouvance intégriste comme un enjeu planétaire. Mais c’est l’échec de la main tendue par le pouvoir aux groupes terroristes qui sévissent notamment dans le centre du pays. Mais c’est surtout l’échec de la charte pour la paix et la réconciliation nationale concoctée par Abdelaziz Bouteflika. Ce dernier a tout donné et sans condition aux criminels qui se repentent, alors que les patriotes qui se sont sacrifiés pour la sauvegarde de l’Algérie ont été éjectés comme des malpropres. Avec cette charte, les chefs des bandes criminelles de l’AIS et du GIA ont estimé qu’ils ont remporté une victoire sur la démocratie et qu’ils sont les protégés de la Présidence. D’où, chez eux un regain d’arrogance et d’activisme. Ce qui est désolant, c’est le silence des autorités face à ce regain de violence. Les Etats-Unis, la France et d’autres puissances à travers le monde ont fermement condamné les crimes islamistes dans notre pays. Bizarrement, le premier magistrat, en l’occurrence Abdelaziz Bouteflika, observe un silence inexplicable. La moindre des choses aurait été qu’il envoie des messages de compassion aux familles des victimes. Il ne l’a jamais fait. Est-ce que la souffrance du peuple algérien lui importe peu ? Après de tels attentats, des démissions, des limogeages de hauts responsables auraient été enregistrés dans des pays normalement constitués et où la démocratie est la règle. Il en est autrement chez nous. Tous les dirigeants vaquent normalement à leurs occupations. Aucun n’est inquiété, aucun n’est responsable. C’est ça le système Bouteflika. Un système bâti sur la compromission, pourvu que la rapine se porte bien. La déliquescence de l’Etat se poursuit inexorablement et les maîtres du pays n’en ont cure.


Par Tayeb Belghiche

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.