Ma Photo

« Irina Bokova. Directrice générale de l’UNESCO à Tipaza | Accueil | Ben Bella : « Prenez bien soin de Tipaza » »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Fialyne Olivès

Entièrement d'accord. Voici mon poème :

La Mitidja

Vous avez chassé l’étranger et après ?

Mais de la Mitidja qu’en avez-vous fait ?

Où sont les prés, les arbres fruitiers,

Les prunes, les pêches, les amandiers

Où sont les jasmins et les mimosas

Où sont donc ces jardins et ces vergers ?

Détonne mon inquiétude qui s’étonne

L’envers prend place et le béton prône

Il est roi sur terre fertile, le ciment classe

S’entasse et couvre au paysage sa face

Poussent les piliers et les tiges en acier

Et s’orne la plaine vaine d’un décor allié.

Et quand midi arrive creusant les ventres

Les songes aux saveurs, le palais, tâtent

Le pain, les fruits, doux, sucrés et tendre

Surgit pâle, la faim hurle un mal à la hâte

Sur le sable, l’esprit laboure la sécheresse

Tourne et retourne sans eau, en détresse.

Plantez dans le sable et tuez les sols féconds

Fiers de l’exploit, vous trinquez, nous rions

Et puis rions de la patate douce ou normale

Telle une truffe revêt ainsi une valeur égale

Pleure Mitidja, pleure ton ventre flasque

Ton blé gît sous les maisons et se masque.

Fialyne Olivès

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.